Développement

Pourquoi je n’oblige pas mon fils à dire bonjour ?

dire bonjour multilangue

Le temps estimé pour cet article est de : 6 minutes

Bonjour cher(e)s Lecteurs, Lectrices

On le sait tous ! si votre enfants ne dit pas bonjour, il y a plusieurs hypothèses possibles :

  • Mal Elevé ( Les parents l’ont mal élevé )
  • Malappris ( Il a mal appris de ses parents )
  • Gâté
  • Irrévérencieux
  • Futur délinquant
  • Il ne sera pas une personne demain

Tous les discours autour du sujet convergeront unanimement vers les assertions suivantes : « Nous tenons à ce que notre enfant dise bonjour », que c’est « la base du début de l’éducation » « La politesse c’est important ».

Chers parents ! LIBEREZ-VOUS de la pression du regard des autres !
Laissez les regards accusateurs derrière vous !

Dans cet article, je partagerai avec vous mon avis sur la question : « Pourquoi je n’oblige pas mon fils à dire bonjour ? »

Mon fils ne sera pas une personne demain, car il est déjà une personne aujourd’hui.

Un enfant est déjà une personne. (Ça parait très évident, lu comme cela).
En effet, l’on doit considérer que notre enfant a ses propres pensées…..donc qu’il est.
Selon Descartes, pour ceux qui n’ont pas fait l’école derrière les tableaux, 
 
Je pense donc je suis
 
L’histoire de cette assertion est formidable, je pourrai vous la raconter autour d’une soupe à SOOPA SOUP.
En fait, on l’appelle le Cogito ou « cogito ergo sum » si vous voulez briller en société (ça fonctionne plutôt bien).
En partant du Cogito, il parait clair de notre enfant est une personne, qu’il pense et qu’il y a des éléments qui le poussent à agir.
Cela peut très bien être des éléments qui sont hors de notre portée, mais qu’il est possible d’appréhender par l’observation.  
De plus si nous acceptons que l’enfant soit une personne, différente de nous, avec ses propres pensées, désirs, besoins, peurs alors nous accepterons aisément que son corps lui appartienne.
À ce titre, nul ne peut en disposer à sa guise. 
En tant que personne, l’enfant apprend à connaître son corps et à le respecter. Ainsi, il pourra respecter les autres. 
C’est mathématiquement logique ! 
 

L’exemple vient des parents

Chers confrères et consœurs parents ! votre enfant de moins de 3 ans (c’est mon cas) découvre les us et coutumes de la société dans laquelle il évolue.
Il suffira donc qu’il perçoive les adultes (normalement bien éduqués), se saluer d’une certaine manière afin qu’il sache que « ici, c’est ainsi que l’on fait ».
 
Oui mais mon enfant à déjà plus de 3 ans, je fais quoi ?
 
L’enfant étant entré dans sa phase dite « consciente », je vous invite à lui expliquer de quelles manières vous procédez pour saluer quelqu’un.

Il y prendra un plaisir fou étant donné que c’est une découverte qui a du sens et qui le responsabilise. 

Vous pouvez lui dire cela de la manière suivante :
« Bonjour, c’est pour montrer qu’on est heureux de se voir. »
« Dire bonjour, c’est comme l’ouverture d’un dialogue. »
« Ne pas dire bonjour, c’est comme si nous ne la considérions pas comme une personne. » 
 
Cela ne fonctionne toujours pas
 
Dans ce cas, on ne peut pas forcer l’enfant, le punir ou le gronder.
Il faut continuer à lui expliquer et montrer l’exemple.
Après pour les cas extrêmes….je veux bien vos retours 🙂
 

dire bonjour« Ne pas dire bonjour, c’est comme si nous ne la considérions pas comme une personne. » 
ou Reconnaître l’autre en tant que personne

De manière générale, pour les adultes comme pour les enfants,
l’action de dire bonjour est une manière de reconnaître notre interlocuteur en tant que personne.
Une fois que notre interlocuteur a été reconnu en tant que personne, l’embrasser est une autre action qui lui permet de rentrer dans notre espace intime.
C’est à nous, personne, de décider, qui peut et qui ne peut pas y entrer.
Quand l’enfant est petit, il ne peut pas toujours exprimer ses ressentis.
Nous ne savons pas forcément pourquoi il ou elle accepte certaines personnes et pas d’autres. (Attention à ne pas interpréter) 
Quand l’enfant est un peu plus grand, si nous lui avons laissé la possibilité de s’exprimer librement et sans crainte, il pourra nous donner des informations utiles sur ses choix. 
 

L’enfant n’est pas méchant, dépouillez-vous de tout orgueil !

Enfin, rappelons-nous que l’enfant n’est pas méchant. Ce qu’il fait n’est pas fait par méchanceté. 
C’est pourquoi, nous rechercherons à préserver sa sincérité naturelle et à lui permettre de se révéler en toute confiance. 
L’adulte veillera à se dépouiller de tout orgueil et de toute colère en présence de l’enfant.
 

En résumé…

Exemplarité : Apprenez à dire bonjour aux gens devant vos enfants et ils apprendront en vous observant.

Patience : L’apprentissage des habiletés sociales est chronophage mais pas sisyphéenne.
Les enfants sont des éponges. Gardez cela en tête.
Votre modèle finira par s’intégrer progressivement aux gestes de votre enfant.
N’hésitez surtout pas à échanger avec votre enfant si possible afin de savoir ce qui pourrait le mettre mal à l’aise.
Vous pourrez aussi trouver avec lui d’autres gestes avec lesquels il se sent plus à l’aise pour entrer en contact avec les autres.
Moi par exemple, j’utilise la force (poing) ou geste de la main ou le sourire.
Je trouve que quand il y a un sourire partagé, c’est déjà une interaction entre les deux personnes.

Pas d’obligation : il y a des jours où vous voulez saluer et d’autres non. 
Personne ne vous y force et si c’est vous, vous avez déjà constaté que c’est une contrainte.
A cette age, laissez-les décider en fonction de ce qu’il ressente.Ils sont en plein apprentissage.

Amusement : Et pourquoi pas ne pas jouer à un jeu qui implique des formules de politesse ? Apprendre en s’amusant ! 

Il y a encore beaucoup à dire, 
Bon ! je ne suis pas expert ceci est un point de vue et je suis ! TRÈS ! ouvert à tout échange.
Par conséquent si vous avez des remarques n’hésitez à commenter ou venir vers moi en privé.

Cogitez bien sur le sujet ! 

 
 

commentaires

commentaires

About the author

Harry Kancel

Leave a Comment