Musique

« Le temps c’est de l’argent, mais le temps c’est la vie de mon enfant » – Black Kalagan

Le temps estimé pour cet article est de : 4 minutes

Byen bonjou, Apa toupiti, Anman toupiti, tousa pou divini ouben pa.

Je voulais partager avec vous un mix que j’ai découvert, fait par Gnom Muzik : Black Kalagan – Education [Slam remixed by Gnom Muzik].

C’est l’histoire d’un père qui constate avec effroi que la société d’aujourd’hui est nivelée vers le bas.
C’est l’histoire d’un père qui exprime sa nostalgie et ses craintes en mettant en exergue la distorsion qu’il y a entre aujourd’hui et hier.
C’est l’histoire d’un père qui exprime avec inquiétude qu’il aimerait que sa progéniture évolue dans un environnement sain.
C’est l’histoire d’un père dont le crédo est « Le temps c’est de l’argent, mais le temps c’est la vie de mon enfant ».
C’est l’histoire d’un père qui…!

J’ai tenté de rédiger les paroles pour vous dessous.
S’il y vous remarquez des erreurs n’hésitez pas à me les retourner.

Les Paroles

Mwen ni on ich man lé i grandi men man pè ba-y,
Nowmal, mwen sé papa-y
Donk mwen pé pa aksèpté nenpòt ki bagay.

Donk mwen ké palé zòt di « Education ».

Adan « Education » ou ka tann « K »,
Men sé pa K kon Kado
Men sé K kon Kao (chaos),
Donk fòk nou fé atansyon.
Annou gadé anlè katalòg, yo ka string ba tout toupiti chanmay.
Ni dé manman ka achté sa, men arété simé pagay.

Mwen ni on ich, man lé i grandi men man pè bay.

An ka konstaté tout lasentjouné ni fanm a mwatjé ou touni la télé.
Tout ti-bolonm di kolèj o lisé ni fanm touni anlè powtab yo.
Lè ou palé yo di fanm yo ka tann : « Fout Fanm Fès Fanm Fuck Fanm »…
Men koman ou lé yo rèspekté fanm,
Sewten fanm ka touné asou enternet kon krèp.

Mwen ni on ich man lé i grandi men man pè ba-y.

Mwen ka konstaté osi ki ni dé program ki entèwdi omwen dé Douz, Sèz, Dizwuitan.
Men dé program ki té entèwdi yè omwen di Sèzan entèwdi omwen di Douzan.
Sa vlé di ki sa ?
Ki on chanmay ki té ni sèzan yè mwen évolué ki on chanmay ki ni douzan jòdi-a ?
Mwen plito kwè ki mwen akséléré.
Paske létat an ki di yo : mi ! mi ! mi ! mi !
E avan menm yo mi, yo ja pouri
Sé konsi yo ka fè fwa gra, yo anni gavé yo
Yo ka rann yo gaga !
Yo ka rann yo gaté !

Moi je suis de la old School.
Je suis de la génération, pas de pitié pour les croissants.
A cette époque j’étais en plein dent et je croquais la vie à pleine dents.
Les « Salut les musclés » sont remplacés par 50cents 
Et « Les filles de docteur March » sont remplacées par les Pussycat Dolls.
Tu as connu BOUMBO, aujourd’hui c’est une rollsroyce.
Tous mes héros d’enfance deviennent des PIMP.
Même Tom Sawyer devient, Tom le passeur et donc passe avec Joe l’indien sur les fleuves du Mississippi.
Et après tout ça, yo ka vini di mwen travay plis pou man pé sa ni plis.
Lè mwen ka travay plis ich mwen ka vini délenkan pas an pa ni tan fè-y divini obéisan.
E ki moun ké fè lédikasyon ich mwen ? léta ?
Men si sé léta ki vlé fè édikasyon ich mwen 
Mwen simé pa ni ich kè ich mwen rété owfelen.
Parce qu’on dit que le temps c’est de l’argent,
mais le temps c’est la vie de mon enfant.
Donc laisse moi enrichir sa vie lentement.

Pas mwen ni on ich, mwen lé i grandi men man pè ba-y.
Nowmal mwen sé papa-y donk mwen pé pa aksèpté nenpòt ki bagay.
Merci

Qui est Black Kalagan ?

« Black kalagan est originaire de la martinique, il est bercé dès son plus jeune âge par le mélange des langues ou se mêlent sonorités créoles et françaises, il s’approprie ainsi le goût des mots, plus tard dans les quartiers il partira à la rencontre du flow et de la rime, des répercussions sonores subtiles dans lesquelles il puisera par la suite une grande partie de son inspiration.

un voyage en métropole à 18 ans lui fait découvrir l’écriture et à déclamer des textes sur tous les genres et styles musicaux, il regagne sa terre natale et participe à sa prelière scène slam, c’est alors un tournant dans sa vie artistique, sa parole libérée est désormais sans barrière sociale ni raciale, il travaille son art et se perfectionne inlassablement, ouvrant par exemple les concerts de grand corps malade.

il est un coup de tonnerre pour le paysage politique antillais avec son dernier album « cikatriz », un opus et un spectacle qui mélangent subtilement la tradition et la modernité, une riche mise en scène ou se télescopent le son, la lumière et l’image, un accueil fort élogieux des médias de tous genres pour cet artiste de slam d’origine martiniquaise à la poésie savamment distillée et qui saisit tous nos sens. » – source : http://musicali.over-blog.com

Bonne écoute !

commentaires

commentaires

About the author

Harry Kancel

Leave a Comment